Au coeur des musées

Article de Blog Gesop 1_ Au cœur des musees

Au coeur des musées

1920 805 AdminWeb

Partenaire de prestigieux lieux patrimoniaux, Gesop vous ouvre les portes secrètes des plus célèbres musées de France. Une visite inédite où art et sécurité se mêlent harmonieusement.

Le Louvre. Ce nom est, partout dans le monde, synonyme de culture et de patrimoine. Riche de 460 000 œuvres – en comptant celles qui sont exposées et celles qui peuplent ses réserves – le célèbre musée accueille chaque année plus de 8 millions de visiteurs. Des quatre coins de la planète, on vient s’esbaudir devant La Vénus de Milo, La Liberté guidant le Peuple, Le Radeau de La Méduse ou encore La Joconde.

Ce que les cohortes de touristes ne voient pas forcément, ce sont les solutions coupe-feu garantissant leur sécurité en cas d’incendie.

Ces solutions créées par Gesop ont pour principe deux mots : fiabilité et discrétion. Car le credo n’est pas seulement de protéger les visiteurs et les pièces d’art ; il est tout aussi essentiel que les installations de compartimentage du feu ne gênent pas l’harmonie de l’ensemble. L’architecture du bâtiment étant la première œuvre d’art du musée, les dispositifs de sécurité incendie doivent s’y fondre sans conditions.


Respecter l’architecture du lieu d’accueil

Ainsi que le raconte Benoist Basset, président de Gesop : « Le Musée du Louvre, c’est une grande pièce de théâtre. Quand les portes s’ouvrent, tous les matins, le spectacle doit être irréprochable et tout dysfonctionnement interdit. » Pour assurer cette permanence, l’entreprise, partenaire du Louvre depuis 1992 via sa filiale GESOP facilities, dédie chaque jour 13 personnes sur site. Outre la gestion et la vérification quotidienne des installations coupe-feu, le travail de maintenance est primordial et doit se faire en dehors du regard des visiteurs. « Il n’y a qu’une journée de fermeture, le mardi. Ce jour est le seul créneau pour faire intervenir nos équipes, pour faire les grosses maintenances et les travaux. Tout doit être calé au millimètre pour intervenir dans le délai imparti », explique Patrick Forestier, directeur général de Gesop.
Les personnes qui assurent ce travail essentiel de maintenance, les visiteurs du Louvre ne les voient jamais. Et pourtant elles sont là pour eux. Tout comme les portes de grandes hauteurs, pare-flammes et autres solutions de compartimentages, elles aussi invisibles aux yeux profanes. Car Gesop a su s’adapter à l’architecture du lieu pour que toutes ces installations ne dénaturent jamais la beauté du musée. C’est ainsi qu’ont été créées et installées dans l’aile Sully 17 bloc-portes va et vient alignés au cordeau. Leurs vantaux sont maintenus en position ouverte, afin de respecter la perspective du site donnée par l’enfilade des salles qui hébergent le mobilier du XVIIIe.
Chaque solution Gesop est conçue pour être confondue avec le mobilier de l’époque. Elles sont également toutes agréées par le laboratoire Efectis France – afin de faire valider le degré de résistance au feu de l’ensemble – et conçues pour être confondues par les visiteurs avec le mobilier d’époque présent.


Accompagner la création

Répondre aux besoins des architectes, fussent-ils visionnaires, les accompagner dans leur recherche combinée du beau et de la sécurité, c’est donc le rôle de Gesop. L’un des exemples les plus prestigieux est la collaboration saine et franche avec Frank Gehry sur les solutions coupe-feu de la Fondation Louis-Vuitton. Fleuron de l’architecture postmoderne abritant un musée d’art contemporain, ce bâtiment de verre aux portes du Jardin d’Acclimatation semble aussi léger que des ailes de soie au milieu de la verdure du Bois du Boulogne. Pas question dès lors que les portes coupe-feu de grandes dimensions ne se fondent pas dans cette architecture et viennent alourdir l’ensemble. Elles doivent être sans poignées ni équipements saillants pour se mêler harmonieusement à l’environnement.
Le blocage en position ouverte se fait à l’aide de ventouses électromagnétiques à l’intérieur des pivots. Ordinairement, les pivots sont encastrés dans le sol. Devant le poids des vantaux – 580 kilos – les pivots sont installés en traverse haute pour éviter l’emprise au sol. En partie basse, ces mêmes pivots sont remplacés par des axes à roulements aiguilles coniques pour supporter le poids des vantaux. Bref, une solution idéale. Mais avant de se décider, Frank Gehry veut être sûr qu’elle corresponde à ce qu’il imagine. Ça tombe bien : Gesop a déjà fait des portes similaires, installées dans le cabinet d’architecture AREP.

Et c’est ainsi que l’équipe envoyée sur place par Frank Gehry peut alors constater, ébahie, qu’il est possible d’ouvrir une porte ignifugée et coupe-feu de 600 kilos par la seule force de l’index, sans forcer et que cette porte corresponde parfaitement à l’esthétique voulue.

« Répondre favorablement à une demande architecturale, c’est comprendre l’esprit du projet, prendre le temps d’apprendre, de découvrir, d’échanger, ce qui nous permettra de personnaliser notre réponse ».
Comme le résume Patrick Forestier : « Répondre favorablement à une demande architecturale, c’est comprendre l’esprit du projet, prendre le temps d’apprendre, de découvrir, d’échanger, ce qui nous permettra de personnaliser notre réponse ». Bref, s’engager, et être là pour accompagner l’architecte dans l’écheveau des normes et des conformités, afin de lui proposer une solution adaptée et normée. Gesop va même jusqu’à fournir une assistance dans la rédaction du cahier des charges, de l’avant-projet ou du dossier de consultation des entreprises.

Si ce type d’accompagnement vous intéresse, vous pouvez nous adresser votre projet via le formulaire ci-dessous :
Les 5 premières demandes seront traitées en priorité à titre gracieux !


(cf. Politique de confidentialité)

Laisser une réponse

Nous contacter

Vous souhaitez nous contacter pour :











 


(cf. Politique de confidentialité)